• Tombée par hasard sur mon ancien blog... Bah, y a pas photo, je m'y plaisais plus qu'ici. Enfin, ça sert à rien de discutailler, il bug, il bug, c'est comme ça. Je voulais juste vous mettre ici la pièce que j'avais mise en musique de fond. Erik Satie, 1ère Gymnopédie. Un morceau calme, pas très gai, sans être forcément triste. Nostalgie des jours heureux?... Une sorte de regard tendre, empreint de douce mélancolie, résigné, sur le passé. Je crois que c'est la pièce qui me correspond le mieux.
    En tout cas pour le moment.







    Bon, j'avais dit que je me reprenais en mains, donc exit les pensées noires!
    Hier, Krouchinski c'est fait passé un fameux savon, dans les règles de l'art. Ouais mais bon, j'avais quand-même bien bossé mon piano! Même que j'avais réussi à déchiffrer tout le I mvt de ma sonate et que j'ai pas mal progressé dans le passage critique de mon étude!! But.... Profinette n'a plus supporté de voir Lavinie mutée en gastéropode amorphe* et du coup, BAM! et BAM! et reBAM! en veux-tu en voilà. Kaïïïï!... Et carrément mesquine par moments, genre: ton I mvt péclote encore un peu, c'est clair que tu t'es pas encore attaquée au II mvt, mais je te demande quand même de me jouer maintenant ce II mvt, juste pour que je puisse encore plus t'enguirlander. Ouin! ça, c'est pô cool!! Et elle m'a fortement incité à jouer lors d'une expo de piano Steineway organisée par Hug Musique dans le Manor à Marin... Cherche pianistes pour montrer possibilités de Steinway à queue neuf. Programme max. 20 min. Du 16 au 21 octobre au centre Manor à Marin. Groumpf. Jouer dans un centre commercial, moi j'sais pas... J'imagine trop bien le tableau: Krouchinski sur un podium, bavant devant un énoooorme Steinway à queue neuf, accoustique bof rebof, des mioches qui lui courent dans les jambes pendant qu'elle se concentre pour ne pas louper ses arpèges ppp, les ménagères qui braillent en portugais, des Suisse-allemands qui viennent lui demander où diable se trouve le beurre Chuis pas une vendeuse, et là chuis carrément occupée!! Non mais oh! Des connaissances qui ricannent en la montrant du doigt, attendant qu'elle se plante ça vient, ça vient, no soucy! , ... STOOOP!!!
    Bref, ça va pas être de la tarte. Mais voilà, hein, ça ne me fera pas de mal, faut jouer le plus possible, sauter sur chaque occasion, etc. Profinette a raison, faut le faire. Courage. Demain je m'inscrit, on veux déjà bien voir si on a besoin de moi...



    Je vous tiens au courant.

    *© by Eigeldinger

    °°°°°°°°°°
    humeur: ça vole bas top forme (on y croit, on y croit!)
    musique: Bin... la 1ère gymnopédie!
    envie de: aller mieux!!!


    1 commentaire
  • Je viens d'écrire un texte, mais voilà, je suis trop lente, ou plutôt, il faut être terriblement rapide pour réussir à publier un texte avant que le temps de la session ne soit passé... Donc ledit texte est perdu, puisque je n'étais plus identifiée au moment où j'allais le publier.
    Comme je n'aime pas récrire les choses, je serai plus brève - et moins poétique.
    Je vais plutôt mal en ce moment. Et même - je crois que là je peux le dire - je vais sérieusement pas bien. J'ai peur de tomber dans une dépression.
    Plus d'envies. Un
    vide énorme qui me prend mes dernières ressources. Les deux derniers jours, je les ai passés recoquevillée sur ma "chaise longue", avec une tasse de thé refroidi, un bouquin fermé, à regarder la pluie tomber au dehors, à sentir la douleur couler au dedans... Pas la force de faire quoi que ce soit. Pas envie de manger, pas envie de jouer avec Schimmi, pas envie de parler.
    Juste envie de ne plus être là. De ne plus être moi.

    Envie, comme dans cette nuit terrible de samedi, que des inconnus me frappent jusqu'à ce que j'en perde connaissance. Dans
    un coin sombre, seule, loin des regards. Rester coucher le visage contre le sol, dans le froid et l'humidité de la nuit. Dans le silence de la solitude.



    Il faut pourtant que je me réveille. Que je me relève. J'ai deux choix: me prendre en main ou finir à l'hôpital psychiatrique. Je ne veux pas être internée. Je ne supporterais pas l'idée d'être dépendante, de n'être pas capable de me prendre en charge toute seule.
    Alors il faut que je rassemble mes forces et que je me lève.



    Et pour ce faire, j'ai décidé que j'allais arrêter de me servir de ma laideur comme un prétexte pour m'empêcher de vivre pleinement. Que j'allais m'autoriser les petites folies que je n'ai jamais osé faire. Par peur du ridicule. Ou par peur de trouver le bonheur de vivre...?
    Pour m'y tenir réellement, je vous ferai le récit de mes périples. Je me fixe un minimum d'une folie toute les deux semaines (on va y aller mollo). Promis! J'espère que cela m'aidera à
    remonter un peu la pente et à penser à autre choses qu'à mon impuissance face aux problèmes de mes amis...



    Allez, les enfants, je vous laisse, je vais aller me faire ma tasse de thé, terminer mon Coelho et dormir un peu.



    °°°°°°°°°°
    humeur: la flamme vacille dangereusement, mais pour le moment, elle brille encore, quoique très timidement.
    musique: Concerto pour piano n°5 - Beethoven


    1 commentaire







  • But I tried and I sighed
    He didn't listen to me, I felt that way
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>Still I tried and I sighed
    He wouldn't understand me, I felt that way
    <o:p> </o:p>But you're so young and you don't get me now
    I feel so guilty and you are chocolate brown
    <o:p> </o:p>Chocolate brown, I can't play
    Not too long, I will make it up to you
    Chocolate brown
    <o:p> </o:p>Still I learn and I learn
    There's so much to think about you
    So much to lose
    <o:p> </o:p>But it's just so fine and you don't see it now
    Don't make me guilty
    Please don't chocolate brown
    <o:p> </o:p>Chocolate brown, I can't play
    Not too long, I will make it up to you
    Chocolate brown
    <o:p> </o:p>Chocolate brown
    Pourquoi...?
    Impression d'être une roue qui tourne dans le vide
    Face à un mur
    Seule au milieu de nulle part
    Aussi inutile qu'un vieux blouson troué
    Pourquoi...?
    Tant d'erreurs dans ma vie
    Un bonheur chassé
    Les songes qui ne veulent plus me faire rêver
    Dégoût profond de moi-même
    Pourquoi...?
    Comme une poupée de chiffon traînée un peu partout
    Subitement plus assez neuve pour être encore aimée
    Encrassée dans la solitude
    les jours filent
    Pourquoi...?
    Attente vaine 
    Espoirs
    Le temps passe et efface l'espérance
    Le rouge devient gris
    Pouquoi...?
    °°°°°°°°°
    humeur: il pleut sur la ville comme il pleure dans mon coeur (Verlaine)
    musique: 1ère Gymnopédie de Satie
     

    1 commentaire

  • (photo trouvée ici )



    Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux
    Et son bœuf lentement dans le brouillard d'automne
    Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

    Et s'en allant là-bas le paysan chantonne
    U
    ne chanson d'amour et d'infidélité
    Qui parle d'une bague et d'un cœur que l'on brise

    Oh ! l'automne l'automne a fait mourir l'été
    Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises




    (photo trouvée )


    votre commentaire
  • Juste une image pour aujourd'hui.



    image piquée sur le blog de Au fil de l'eau

    Un thé.
    Une cantate
    de Bach.
    Et je m'allonge sur mon lit, 10 minutes de décompression,
    avant de me remettre au travail et de terminer ce que je dois encore faire...




    °°°°°°°°°°
    humeur: Je vais craquer, je vais craquer, non, faut pas, je vais craquer, courage, tiens bon, je sena que je craque... AAAAAAHHHH!
    musique: Un truc qui passe à la radio. On dirait Shostakovich...




     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique