• Il pleure dans mon coeur
    Comme il pleut sur la ville;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon coeur ?
    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un coeur qui s'ennuie,
    Ô le chant de la pluie !
    Il pleure sans raison
    Dans ce coeur qui s'écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?...
    Ce deuil est sans raison.
    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon coeur a tant de peine !

     

    1 commentaire
  • Je me sens un peu bizarre. Etrangère à moi-même. Il y a des jours comme ça, des jours où l'on se force à sourire, mensonges aux autres, mensonges à soi-même. Ces jours où l'on se sent gris et triste comme un matin d'automne. Ca fait mal à quelque part, on ne sait trop où. Une douleur sournoise, inexplicable, qui ronge jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que du vide. Une immensité peuplée de vide. Pas même de la tristesse ou des regrets, juste du vide. Ces jours où même les rêves perdent leur saveur. Incapable de désirer, d'aimer, de craindre, d'espérer. Peut-être juste un petit brin de nostalgie... Oui, de la nostalgie...
    Spleen éternel, inlassable, pourquoi reviens-tu toujours à l'assaut?



    A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
    Et regarder les gens tant qu'y en a
    Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra
    En serrant dans ma main tes p'tits doigts
    Pis donner à bouffer à des pigeons idiots
    Leur filer des coups d' pieds pour de faux
    Et entendre ton rire qui lézarde les murs
    Qui sait surtout guérir mes blessures
    Te raconter un peu comment j'étais mino
    Les bonbecs fabuleux qu'on piquait chez l' marchand
    Car-en-sac et Minto, caramel à un franc
    Et les mistrals gagnants

    A r'marcher sous la pluie cinq minutes avec toi
    Et regarder la vie tant qu'y en a
    Te raconter la Terre en te bouffant des yeux
    Te parler de ta mère un p'tit peu
    Et sauter dans les flaques pour la faire râler
    Bousiller nos godasses et s' marrer
    Et entendre ton rire comme on entend la mer
    S'arrêter, r'partir en arrière
    Te raconter surtout les carambars d'antan et les cocos bohères
    Et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres
    Et nous niquaient les dents
    Et les mistrals gagnants

    A m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
    Et regarder le soleil qui s'en va
    Te parler du bon temps qu'est mort et je m'en fou
    Te dire que les méchants c'est pas nous
    Que si moi je suis barge, ce n'est que de tes yeux
    Car ils ont l'avantage d'être deux
    Et entendre ton rire s'envoler aussi haut
    Que s'envolent les cris des oiseaux
    Te raconter enfin qu'il faut aimer la vie
    Et l'aimer même si le temps est assassin
    Et emporte avec lui les rires des enfants
    Et les mistrals gagnants
    Et les mistrals gagnants

     

    J'en ai marre de mes émotions, de cette fichue sensibilité. Marre de passer du bonheur absolu au vide immense sans aucune transition. Fatiguée d'avoir ce flot trop puissant de sensations et d'états d'âme qui m'assaille sans trève et sans repos. Envi d'une vie plus calme, envie de terre ferme sous mes pieds.
    J'en peux plus de me faire balotter comme un sac de chiffon au gré des vagues de joie, de souffrance et de vide...



    Je voudrais un rocher où m'accrocher.



     



    °°°°°°°°°°
    humeur: pleine de vide à éclater
    musique:  -





    votre commentaire
  • Le piano que baise une main frêle
    Luit dans le soir rose et gris vaguement,
    Tandis qu'un très léger bruit d'aile
    Un air bien vieux, bien faible et bien charmant
    Rôde discret, épeuré quasiment,
    Par le boudoir longtemps parfumé d'Elle. 



     Qu'est-ce que c'est que ce berceau soudain
    Qui lentement dorlote mon pauvre être ?
    Que voudrais-tu de moi, doux Chant badin ?
    Qu'as-tu voulu, fin refrain incertain
    Qui vas tantôt mourir vers la fenêtre
    Ouverte un peu sur le petit jardin ?



     



    °°°°°°°°°°
    humeur: incertitude
    musique: Satie, 1ère Gymnopédie (cliquez sur l'image)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique