• [ J'ai trouvé des zigouigouis acidulés à la Mig' .
    Mais à la base, je voulais des fraises et des coccinelles... 
    ]


    2 commentaires
  • [ j'vous raconterai tout ça...

    quand j'aurai le temps!
    ]


    4 commentaires
  •  Elles sont là! Elles sont là! Là! Là! Làààààààààààààààààà!!!!
    Mon nabricotier a donné le jour à la première petite fleur d'une blancheur immaculée hier en fin d'après-midi. Et deux autres ont suivi aujourd'hui. L'arbre est comme couvert de perles rouge-rosées. Et dans quelques mois, les abeilles butineront autour des gros fruits d'un orange juteux et sucré.


    Sinon, j'ai presque terminé la rédaction de mon séminaire sur le cours de Caspar David Friedrich, que j'ai intitulé "Les dioramas de Caspar David Friedrich: Rencontre entre la peinture et la musique" 15 pages, une (quoique, le plus dur aura été de se limiter au 15 pages... j'étais partie pour une thèse de doctorat, moi!!!) Bref, un travail très chouette, c'est finalement pas si mal d'avoir plus ou moins carte blanche pour le sujet, qui devait juste avoir un rapport avec le peintre Friedrich, bien qu'au tout début, j'ai trouvé assez flippant de consulter tous les grands catalogues d'histoire de l'art, genre VKK, et de ne rien trouver, mis à part 2-3 petits ouvrages. Un nombre pitoyable! Mais finalement, mon intérêt pour ce sujet, complété par quelques visites d'expos bienvenues (Centrum Paul Klee: Klang&Rythmus) et pas mal de connaissances de base sur des peintres tels que Paul Klee justement, mais aussi Vassili Kandinsky ("Der Gelbe Kang") et des compositeurs comme Alfred Schnittke, Alexandre Skriabine, Arnold Schönberg et Richard Wagner m'ont aidé à expliquer la relation entre la peinture et la musique dans ces quatres tableaux de Friedrich.
    Et puis ça m'a permis de me plonger dans l'univers de pythagore et Aristote, avec leur théorie de l'harmonie universelle, leurs petits calculs savants et leur théorie de rapport entre les sons et les couleurs. Et de comprendre peut-être un peu mieux ce que je dois faire lorsque ma prof de piano me dit, à propos d'un passage en si mineur: "Mais tu n'as qu'à jouer ça comme du violet!" (sous-entendu: c'est quand-même pas sorcier, non?!)
    bibliographie quasi inexistante... Petit Poire a dû s'agiter drôlement les neurones pour remplir 15 pages

     A midi, j'ai trouvé des crevettes que j'ai roulées dans un peu de farine et de sésame et frites dans un peu d'huile et de sauce soja. Avec du riz tricolore et quelques zestes de citrons, ce fut fort bon! Et c'est du super-rapidos. Le plus long c'était la salade (mais là j'ai délégué ^^).

    Je suis restée cloîtrée dans ma chambre, pliée en quatre devant mon pécé, le dos tourné au soleil, à boire une tasse de thé par heure et à faire une dizaine de minutes de piano à chaque passage aux ouatèrclauzettes. Et quand enfin je suis sortie avec les chiens, un gros bouvier balourd ma poussé dans une grosse flaque d'eau boueuse en voulant me faire des câlins. Et mes Kickers qui ne tiennent plus une seule, unique gouttelette d'eau!...

    Les quatre paragraphes, je vous les ai composé dans l'ordre en fa, do, ré et la... et là, je vous avoue être surprise: sans le savoir, j'ai "écrit" le début d'un cycle de quintes auquel il manque juste le sol (fa-do-sol-ré-la-mi-si)! Alors une touche de violet pour représenter le sol!

    [ Photos piquées ici et .
    Et si jamais vous cherchez de belles images appétissantes de crevettes chez l'ami Gougueule Image, tapez au pluriel, sous peine de vous retrouver nez à nez avec un tas de photos de crustacés en gros plan certes très intéressantes, mais absolument pas apétissantes ]


    5 commentaires

  • 2 commentaires